Mois: novembre 2015

M. Martineau

Publié le

M. Martineau vous m’insultez.

Je vous cite:

« Alors, vous avez changé votre photo de profil Facebook pour la mettre aux couleurs de la France ?

Vous avez retweeté le mot-clic #WePrayForParis? Vous vous êtes pris en selfie en tenant un carton disant: «Pas en mon nom»? Vous avez allumé des chandelles? Parfait. Vous avez fait tout ce qu’un bon citoyen doit faire pour manifester sa compassion au monde entier. Rayon «Bienveillance 2.0», vous avez 10 sur 10. Vos amis virtuels sont fiers de vous et vous envoient un «poke ».

REGARDER LA RÉALITÉ EN FACE.

Maintenant, on peut passer aux choses sérieuses. »

Quelle ironie M. Martineau!

Lorsque vous dites « passons aux choses sérieuses » dans cet article du Journal de Montréal  du 16 novembre 2015, vous m’insultez, M. Martineau. Vous nous insultez. Nous, qui avons mal, qui avons peur, et qui avons besoin de l’exprimer. Comprenez-moi bien, vous avez bien sûr le droit d’utiliser votre style désormais célèbre pour écrire des choses contraires à ce que pensent vos contemporains, vous avez aussi le droit de nous faire croire que vous n’êtes pas touché par les tristes évènements de Paris, car, à mon tour d’ironiser, vous êtes un intellectuel fort, intelligent et surtout insensible, qui sait lui, comment réagir.

Mais nous, pauvres gens du peuple, à qui pourtant vous prenez le temps de vous adresser, nous, qui nous tenons la main à travers le monde, en pleurant, nous qui cherchons des preuves d’amour partout, même sur Facebook, pour contrer ces terribles manifestations de haine qui nous ont donné un énorme coup de poing, nous avons tort à vous yeux? Nous sommes ridicules? Ce n’est pas « bien » de ressentir les choses et de l’exprimer?

M. Martineau, nous ne sommes pas des imbéciles. Nous savons bien qu’il faut réfléchir, analyser, et ensuite agir de manière intelligente et sensée, mais s’il vous plaît, sous la force du coup, du coup énorme que le monde vient de subir, laissez-nous ressentir. Je vous en prie, arrêtez d’en rajouter en détruisant les gens autour de vous, vous ne faites que jeter de l’acide sur nos plaies et la douleur augmente.

Donnez-nous le temps et le droit d’avoir mal, de l’exprimer sans avoir à subir votre jugement sur nos sensibilités.

Alain Zouvi